Les amis du théâtre de la liberté de Jénine

A Porto, au Portugal, le 3 août 2014 : manifestation pour Gaza « Cri Global pour la Palestine »

« La moindre des choses que l’on puisse faire c’est élever la voix et parler de la Palestine ». Nabil Al Raee
mercredi 6 août 2014

Nabil Al –Raee, directeur artistique du Théâtre de la Liberté à Jénine (Cisjordanie, Palestine) a participé à la manifestation « Cri Global pour la Palestine » à Porto (Portugal).
Nabil Al-Raee, mène son activité de scénariste et de directeur artistique du Théâtre de la Liberté en Cisjordanie, où le théâtre est surtout un espace de liberté pour une population assiégée par l’armée d’occupation qui en bafoue en permanence les droits. Il y a deux ans, Nabil a été lui–même enlevé à son domicile par les troupes israéliennes, ce qui a conduit à une campagne de solidarité avec la participation du « Bloc de Gauche » (parti politique de la gauche radicale au Portugal, ndlr).

Voir la vidéo :
http://newsletter.esquerda.net/index.php?subid=752&option=com_acymailing&ctrl=url&urlid=1985&mailid=282
Traduction de l’intervention en anglais de Nabil Al-Raee :
Je voudrais commencer par parler de la Cisjordanie, au moment où la population est en ébulition, vraiment en ébulition à cause de ses sentiments à l’égard de ses frères et sœurs à Gaza qui sont en train de mourir en grand nombre.
On ne peut pas faire grande chose. Mais on peut toujours faire quelque chose, au moins parler de cette situation terrible car beaucoup de personnes y trouvent la mort, tous les jours, tous les jours, à tout moment ; ce sont des noms, des âmes, des rêves qui meurent.
Je suis sûr que si, ici au Portugal, des personnes mouraient de la même façon, le Portugal n’accepterait pas, ne serait pas d’accord. C’est pareil à Gaza et en Cisjordanie.
Je pense, qu’il faut réfléchir à ce que l’on peut faire.
• Primo, si vous ne pouvez rien faire, la moindre des choses que vous puissiez faire est d’élever la voix et dire : Basta ! Basta ! ça suffit !
• Secondo, si vous connaissez l’histoire, racontez ce qui se passe là-bas. Vous pouvez écrire sur Facebook et Twitter ou sur l’ordinateur ; contactez vos amis et racontez qu’il y a quelque chose qui va très mal et qu’il faut agir.
• Et si vous êtes au courant du Boycott, pour boycotter Israël allez voir sur internet et sur les sites où se trouvent beaucoup de renseignements et commencez à participer à la campagne BDS – Israël. C’est une façon d’avancer et de faire quelque chose, réellement.
Moi j’ai fait, au nom du Théâtre de la Liberté, un spectacle de rue pour parler du BDS à mes concitoyens Palestiniens (car nous sommes le deuxième marché le plus important pour Israël), pour les inviter à boycotter les produits israéliens. C’est très difficile pour eux de faire ce pas.
Mais nous, ici, nous pouvons le faire !
C’est très difficile, mais on peut commencer par là, par contacter nos amis, par faire des conférences et dire qu’il se passe quelque chose d’injuste et qu’il faut agir. Faire tout ça, comme on est en train de faire aujourd’hui, c’est vraiment très important.
Je remercie tous les gens qui se joignent aujourd’hui à cette campagne et qui font ce qu’ils peuvent et ce que leur cœur leur dit. Merci à tous.

(traduction ATL Jénine)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 229 / 57041